Introduction

Si vous me suivez sur Instagram ou Twitter, vous avez sûrement remarqué que j’ai dessiné pas mal de Yôkais ! En fait, j’aime énormément la culture japonaise et je suis tombé sous le charme de ces esprits/créatures issue du folklore Japonais.

Le terme 妖怪 « yôkai » signifie à peu près une « apparition étrange ». Cela caractérise très bien les différentes créatures qui peuplent cet univers ! On croise les yôkais la nuit, principalement et souvent quand on est seul. Certains sont farceurs, d’autres n’ont aucune animosité envers les humains mais attention il y en a qui sont très dangereux.

1 – 女郎蜘蛛 (jorougumo), la femme araignée

La femme araignée - Illustration traditionnelle par Kokoreth

Histoire

Ce yôkai peut prendre d’une très belle femme qui joue du biwa (un instrument traditionel japonais). Elle porte un long kimono qui cache son corps d’araignée. La Jorougumo s’attaque uniment aux hommes qu’elle charme avec sa musique, pour ensuite les attirer dans sa toile.

Trivia

女郎蜘蛛 « Jorougumo », peut aussi désigner une espèce d’araignée en japonais, c’est pourquoi si vous rentrer ce therme (en kanji) google vous affiche des images d’araignées.

Mon travail

Je me suis simplement contenté de la dessiner d’après sa description ahaha. Mais j’aime beaucoup le rendu de l’encrage sur ce dessin. J’avais déjà dessiné la sœur de Quelaag (Dark Souls), c’est aussi une femme araignée, du coup ça m’avait pas mal aidé pour le design du corps arachnide. J’aime bien faire cet effet velu sur les pattes.

2- 雪女 (yuki onna), la femme des neiges

La Yuki Onna - Youkai - Illustration traditionnelle par Kokoreth

Histoire

« Alors qu’une effroyable tempête sévissait sur la forêt, le bûcheron Mosaku et son apprenti Minokichi, âgé de 18 ans, se réfugièrent dans une petite cabane au milieu de la forêt. Pendant la nuit, le feu dans la cheminée s’éteignit et le froid réveilla Minokichi. C’est alors qu’il vit dans la petite pièce une jeune femme d’une grande beauté et vêtue d’un kimono blanc ; elle avait la peau d’une blancheur irréelle, de longs cheveux noirs et des lèvres bleues. Quand elle marchait, elle semblait glisser au-dessus du sol.

Elle se pencha sur le vieux bûcheron et lui souffla son haleine glaciale au visage. Puis elle se retourna vers le jeune homme qui était tétanisé par la peur, mais elle fut prise de pitié devant son jeune âge ou sa beauté juvénile et lui dit : « Je ne vous tuerai point si vous promettez de ne jamais raconter ce que vous avez vu ce soir. »

Le lendemain matin, Minokichi se réveilla et se rendit compte du décès de son patron mais il n’aurait su dire si, pendant cette terrible nuit, il avait rêvé ou pas.

Plus tard, le jeune apprenti rencontra une jeune fille fort belle qui se nommait Oyuki (yuki signifiant « neige ») et qu’il ne tarda pas à épouser. Ils eurent de nombreux enfants et passèrent de merveilleuses années ensemble.

Un jour, alors qu’il la regardait coudre, il lui raconta l’histoire de cette étrange nuit où il avait rêvé ou réellement rencontré la reine des neiges. Yuki-onna, car c’était elle, se mit en colère et l’abandonna ; elle épargna sa vie en raison de leurs enfants mais elle lui promit de venir le châtier s’il n’était pas un bon père pour eux puis elle se transforma en une sorte de brouillard blanc et disparut par le trou de la cheminée. » (Source : Wikipédia)

Yuki onna est la personnification de l’hiver, froide et impitoyable. Jusqu’au 18e siècle, il était dit qu’elle tuait des innocents en les faisant mourir de froid, en buvant leur sang ou en aspirant leur énergie vitale. Elle a parfois un bon côté, il arrive quelle laisse s’échapper des personnes si elles sont juvéniles ou d’une grande beauté. Il arrive aussi qu’elle aide les personnes égarées en pleine montagne.

Trivia

L’histoire de sa légende (celle avec les bûcherons), a été adapté en film. J’ai oublié le nom du film, mais vous pourrez le retrouver facilement en écoutant le podcast « La librairie Yôkai » sur spotify ou autre plateforme de streaming audio. Ils ont écrit un épisode sur ce yôkai aussi.

3 – 口裂け女 (kuchisake onna), la femme à la bouche fendue 

Dessin traditionnel du yökai la Kuchisake Onna : La femme à la bouche fendue - par kokoreth | yôkai

Histoire

C’était une très belle femme mariée à un samourai de son vivant. Cependant, elle le trompait et un jour l’homme l’a découvert. Furieux et humilié, il lui a tranché les deux côtés de ses lèvres. Ensuite il lui demanda : « Va-t-on te trouver belle, à présent ? ».

Depuis, elle erre dans les ruelles sombres ou des forêts. Cachée derrière un lampadaire, elle porte un masque chirurgical pour cacher sa bouche. Sa présence est tellement intrigante que lorsqu’une personne arrive elle se sent obligée d’aller la voir. La femme demande ensuite à la personne si celle-ci la trouve jolie ? Si la réponse est oui, elle rit puis retire son masque et demande : « Et comme ça ? ». Que la personne réponde oui ou non, le résultat est le même : elle tue la personne en lui faisant la même bouche qu’elle.

Trivia

Si jamais vous la croisez, vous pouvez essayer ceci pour vous en sortir :

Quand elle vous pose la question, vous pouvez dire qu’elle est quelconque. Vous pouvez lui offrir un bonbon ou lui lancer à la figure. Sinon vous pouvez très bien lui retournez la question : « Et moi suis-je belle/beau ? ». Cela la déstabilisera quelque temps, ce qui vous permettra d’utiliser la technique spéciale des Joestar. La fuite !

En général elle s’attaque uniquement aux hommes.. Mais j’ai vu des versions où elle s’attaque aussi aux lycéens et parfois aux femmes. Donc je pense que c’est un peu tout le monde. Et je voudrais ajouter que si vous cherchez à fuir dès qu’elle pose la question, elle vous rattrapera pour vous tuer.

Ma vision du Yôkai, première rencontre

C’est le tout premier yôkai que j’ai découvert dans le tout premier manga d’horreur que j’ai lu ahaha. Voici le livre en question :

Image de la couverture du manga "La femme défigurée"

Je la trouve effrayante personnellement. Elle pourrait être n’importe qui avec son masque chirurgical ! Surtout maintenant avec le covid, beaucoup de personnes portent le masque ahaha.

4- 二口女(futakuchi onna), la femme aux deux bouches

La femme à deux bouches - Illustration traditionnelle par Kokoreth

Histoire (3 légendes)

C’était une pauvre femme sans le sou. Son mari ne la nourrissait pas assez. Une bouche maléfique représentant sa faim s’est alors formée à l’arrière de son crâne. Son appétit insatiable réclamait sans cesse de la nourriture et si elle n’était pas assez nourrie, la femme subissait une insupportable douleur.

Une femme de bûcheron s’est pris un coup de hache par accident. La blessure en cicatrisant pris la forme de cette bouche (issu d’un conte japonais).

Elle a été mariée à un homme veuf de son précédent mariage. Elle aimait ses propre enfants bien plus que son beau fils qu’elle oubliait volontairement de nourrir. Celui-ci mourut et pour se venger se réincarna en bouche qui vint se loger à l’arrière du crâne de sa belle-mère. Il la hanta jusqu’à la fin de ses jours en lui réclamant à manger sans arrêt.

Mon interprétation du yôkai

Je l’ai dessiné avec un air joyeux, une femme plutôt belle. En vérité j’avais envie de faire quelque chose d’inspiré par le travail de Junji Ito. À la fois gracieux, mystérieux et effrayant. Un ami japonais à qui j’ai montré le dessin m’a dit qu’elle ressemblait pas mal à une chinoise qu’à une japonaise. C’est possible et j’en suis vraiment désolé du coup ^^’. Mais j’aime vraiment le rendu global de ce dessin !

5- がしゃどくろ (Gashadokuro), Le squelette affamé

Le Squelette affamé - Illustration traditionnelle par Kokoreth

Histoire

Ce squelette géant et invisible apparaît dans les zones où un nombre important de personnes a perdu la vie et n’ont pas été inhumé correctement. (Les champs de bataille ou lieux de massacres de l’époque, par exemple). C’est l’esprit de toutes ses âmes damnées qui composent ce squelette. Il se nourrit d’humain en les attrapant et en écrasant leurs têtes sous ses dents, pour ensuite boire leur sang comme s’il buvait dans une bouteille..

Mon interprétation

J’ai choisi une approche assez moderne pour ce Yôkai. Les éléments du dessin représente une affiche « covid », je vous laisse imaginer la suite de l’explication tout(e)(s) seul(e)(s). J’ai carrément dessiné le squelette, car s’il était invisible ça aurait été moins flagrant.

6 – ぬらりひょん (Nurarihyon)

Dessin traditionnel de Yôkai - Portrait du Nurarihyon | Kokoreth art

Histoire

Le Nurarihyon a l’apparence d’un vieil homme avec une tête en forme de gourde. Il apparaît le soir à la maison quand tout le monde est occupé à préparer le repas. Il s’installe et fait comme chez lui, il fume le tabac et boit le thé de la famille. Il le fait avec une telle assurance que tout le monde va penser qu’il habite ici et ne fera rien pour le chasser. Il n’est pas dangereux pour l’homme, en général il ne l’embête pas trop.

Il est aussi le chef des yôkais, c’est lui qui dirige le Hyakki Yakô, la procession nocturne des cent démons.

Mon interprétation

Ma représentation est très simple, c’est un portrait qui représente ce vieil homme. Je lui ai fait les yeux blancs car je voulais lui donner un air un peu mystérieux/étrange. Je voulais pas juste qu’il est l’air d’une vieil personne, je souhaitais qu’on remarque qu’il y a quelque chose en plus chez lui. Imperceptible, mais bien présent.

Trivia

Une musique éponyme de « Ujicco* » (Snails House) m’a inspiré pour ce dessin.

7- 唐傘小僧 / 傘お化け(Karakasakozo / Kasa obake), le yôkai parapluie farceur

Le parapluie farceur - Illustration traditionnelle par Kokoreth

Histoire

Un yôkai en forme de parapluie se tenant sur une jambe (aviaire ou humaine). Il a un œil et deux bras. Quand un parapluie (ou ombrelle en papier) atteint l’âge de 100 ans, il devient un 唐傘小僧 / 傘お化け (karakasakozo / Kasa obake). Ce yôkai est très farceur et aime suivre ses victimes silencieusement. Quand elle s’y attendent le moins, il leur fait une léchouille baveuse sur la joue.

Trivia

Bien que l’expérience puisse être traumatisante et son apparence étrange, il n’est absolument pas mauvais pour l’humain. Mais attention de ne pas le confondre avec le Tsukumogami qui est lui aussi un parapluie mais pas super cool..

Mon interprétation

J’aime beaucoup ce yôkai, il me rappel toutes les fois où je faisais peur à ma sœur ahaha.. C’était le bon temps ! Vous avez sûrement remarqué la référence à une scène de Totoro ? Non ? Tant pis. J’ai trouvé ça amusant de le présenter comme ça ^^.

Conclusion

Et voilà c’est tout. Si jamais vous souhaitez voir d’autres Yôkais, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletters (lien en pied de page). Je vous tiendrais au courant chaque début du mois pour vous partager les nouvelles vidéos, articles et projets en cours !

Si vous aimez mon blog, mon contenu, n’hésitez pas à faire un don sur mon ko-fi ou a acheter quelque chose sur mes boutiques Gumroad et Redbubble. Cela m’aide à payer l’hébergement de mon site et continuer à partager avec vous !

Je vous fais de gros bisous et on se retrouve dans deux semaines !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.